08/06/2010

Carton plein pour la NVA ? Pronostics en off d’un Président de parti

Il ne s’agit que de pronostics, dans la bouche d’un Président de Parti francophone (je les ai tous rencontrés ces derniers jours), mais son scénario d’après scrutin me paraît intéressant. Et crédible ? A vous de voir.

Je vois Elio Di Rupo appelé très rapidement comme informateur, puis il reviendrait en duo avec Marianne Thyssen pour former un Gouvernement.
Bart De Wever lui irait… à la Présidence du Gouvernement flamand.

Et le carton promis à la NVA dans tout ça ? C’est là que la réponse devient intéressante, elle n’est pas dénuée d’ambiguïté :
On va négocier, surtout s’ils font 26%. Mais imaginez que ce soit le chaos, qu’on n'arrive pas à avancer… En clair que ce soit comme en 2007.

On pourrait estimer les conditions réunies pour mettre la NVA de côté, et forcer une grande alliance.

Sur l’air de "sauvons la Belgique" ? Gare tout de même à la frustration de ceux qui auront voté NVA pour obtenir ce que son Président appelle "une évolution douce vers de meilleures structures".

13:06 Écrit par Michel dans politique | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : apres elections, nva, bart de wever |  Facebook |

Commentaires

Bonsoir,

Le seul bémol c'est qu'il faut obtenir une majorité des 2/3 pour une réforme institutionnelle + la majorité dans chaque groupe linguistique. On n'est pas encore sauvé. D'autant que la NVa écartée au fédéral va empoisonner le niveau régional flamand. A moins d'un bouleversement au niveau régional aussi...

Il faudra voir les résultats du bloc Nva-LDD-VB, voir si la LDD jouerait la cinquième roue additionnelle, histoire de se refaire une virginité plus 'politiquement correcte'.

Bien malin celui qui peut pronostiquer dès maintenant. A vrai dire aucun Etat-major ne sait ce qu'il va se passer après le 13.


Écrit par : Olivier Baum | 09/06/2010

Répondre à ce commentaire

quand je lis les interwions de bart de weber, je me pose les questions suivantes : ce Mr si on peut l'appeler Mr , ne serait il pas comme lepen en france, je suis français habitant depuis plus de vingt dans ce pays que j'aime , je ne pouvais penser qu'un de ces jours l'on verrait un extrémiste élu par une partie de la population , que cet personne ci dessus nommée soit éffacé de la liste électorale , car ou les extréme vienne au pouvoir , c'est quand la société va mal , il suffit de voir la norvége , il profite toujour de ses situations pour lever le drapeau nationaliste de l'extréme l'histoire à démontré ce que ce genre d'homme et parti peuvent amener comme probléme , à vous de savoir les belges ce que vous souhaiter faire pour votre avenir

Écrit par : Le gros | 23/09/2010

Répondre à ce commentaire

C'est exactement ce que j'ai annoncé à mes enfants dès le 12 juin:

La NVA va hésiter entre pouvoir (donc responsabilités) et opposition (et donc liberté de parole). De Wever incontournable? Pas sûr... Si Bart De Wever, s'accroche, c'est parce que tous les partis le poussent à prendre le costume qu'il ne veut pas prendre. Il va falloir "pousser Bart De Wever à la faute", le faire passer pour un enfant capricieux (justement, il utilisait ce terme lui-même aujourd'hui), une grenouille qui veut se faire aussi grosse que le bœuf, ...et au besoin faire peur à la population avec un "plan B".

(Plan "B" inimaginable d'ailleurs, car on pourrait encore MOINS s'entendre sur comment découper Bruxelles par exemple)...

Etrangement, quand Di Rupo avait semblé abandonner la partie, il l'avait fait avec tristesse et "dignité", puisqu'il est censé, lui, rester en lice. C'est donc Demotte, Onckelincks, puis Piqué qui ont rallumé le brûlot du "plan B" dans les semaines qui suivaient.

(Oui ce "plan B" c'est de la communication. Quand on a du annoncer que le RER allait abîmer les villages et centres urbains, on a d'abord fait peur avec un viaduc qui couperait les vallées en deux, un étage au dessus de l'autoroute E411... hihi).

On a remis De Wever en selle pour le discréditer un peu plus, mais les tractations pour un gouvernement d'Union nationale (sans la NVA) sont entamés à mon avis. On attend juste la faute de la NVA.

On s'en rapproche, sans doute...

La Flandre pourra aussi bien se passer de Bart De Wever qu'elle a renoncé à son "champion des voix" Yves Leterme, car si elle vote "émotivement", elle reste très "cric crac", et reprend sa confiance à quelqu'un qui serait inefficace.

Cependant, un gouvernement d'Union nationale serait condamné à avancer vite sur les réformes, plus efficacement et presque plus loin (apparemment) qu'avec la NVA (si possible), pour passer à d'autres sujets avant le scrutin suivant. Si ce gouvernement n'avance pas assez vite, ce sera la catastrophe.

Mais par contre, s'il boucle des dossiers et commence à enfin rassurer la population, les acteurs économiques, etc, les slogans pourront ghanger et revenir à ce bon vieux débat droite-gauche, ou dieu sait quel autre, qui permettrait de récupérer quelques voix aux nationalistes.

Il ne faut pas oublier non plus que la plupart des nationalismes sont issus, non pas prioritairement de problèmes d'identité, mais de problèmes de pognon: Le plus souvent les plus riches veulent se séparer des plus pauvres. Et ce levier est (ensuite) dissimulé derrière une façade identitaire ou autre.

Et que si tout le monde braille en Flandre comme la NVA, c'est pour lui brouter (en vain) des voix, comme ils l'ont fait avec le VB après que le cordon sanitaire ait montré ses limites.

Pour revenir à ce gouvernement d'identité nationale, il faut avouer qu'il ne sera pas sexy; Personne ne pourra sortir trop du rang pendant au moins un an, aucune politique franche ne pourra naître puisque le consensus devra être partagé entre plus de partenaires. Mais ce gouvernement aura un capital de sympathie légèrement meilleur, je crois, à la classe politique actuelle.

Écrit par : Benoi | 04/10/2010

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.