14/12/2010

MR : la dernière réunion du non-candidat Michel.

Demain, vous entendrez parler de moi tonnait dimanche à Bruxelles le presque – mais pas encore – candidat Président Charles Michel.

Et de fait, quelques minutes après ce drink au domicile d’un échevin qui ne souhaite pas être connu (lisez plus bas pourquoi), l’e-mail officialisant la candidature de Charles partait vers 1700 responsables MR.
Nous avons eu une discussion franche et ouverte affirme un conseiller communal de Bruxelles 1000, j’étais déjà convaincu par sa candidature. Je me suis rendu compte que j’avais raison : il a abordé tous les sujets sans tabous.
Lisons pourquoi…

Il faut « colorer » nos listes

Si par « tabou » il faut entendre « sensible », on pensera notamment à cette question d’un mandataire schaerbeekois sur l’obligation de s’ouvrir à toutes les communautés. Mieux vaut attirer les nouveaux belges à nous autrement que par l’appât d’une candidature aurait répondu Michel, tout en reconnaissant que les bruxellois ont des problèmes que les wallons ne connaissent pas.

Un discours pas forcément "centre-droit" mais manifestement apprécié par la douzaine de jeunes mandataires présents. Il y avait un jeune de service par commune à enjeu, reconnaît l’un d’eux (les absents apprécieront!).
Aucun député dans le lot, plutôt des jeunes qui ne demandent pas mieux que de remplacer leurs aînés. Un signe sans doute que Charles Michel veut mettre son nez dans les affaires de la Capitale, dont le bleu vire un peu trop à l’amarante d’après certains…

Hey, je ne t’ai rien dit hein ?!?

Hum, difficile pour moi de vous dire précisément chez qui se déroulait cette réunion : Pas envie d’être grillé avec les amis de Reynders tremblaient plusieurs participants que j’ai contactés.
Doublé de la menace de ne plus rien dire à l’avenir, l’argument est fatal pour un journaliste, mais il en dit long sur l’ambiance interne au MR.

Vraiment du passé les tensions internes au MR ?

 

17:31 Écrit par Michel dans politique | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

Cher Michel,

Je ne comprends pas pourquoi tu écris "un échevin qui ne souhaite pas être connu". Je ne demande qu'à être connu..-)

Il n'y avait rien de secret, nous n'étions pas affublés de masques et aucun mot de passe pour rentrer chez moi...
Le but était une rencontre à bâtons rompus, ni plus ni moins, dont tout le monde pouvait être informé (je n'ai à aucun moment demander le secret de cette rencontre).

D'ailleurs, SI TU M'AVAIS CONTACTE, je t'aurais confirmé qu'il n'y avait pour ce qui me concerne, aucunement la peur d'être "grillé" ou quoi que ce soit d'autres, par qui que ce soit.

Je trouve pour le moins cocasse que mon ami Geoffroy "de 1000 Bruxelles" n'ait pas résisté à l'envie de te confier un tel "scoop".

La prochaine fois, cher journaliste, téléphone moi directement. De ma part, il n'y aurait eu aucune "menace" à ton égard.

Bien à toi et bravo pour ton blog, souvent pertinent.

Boris Dilliès
"L'échevin qui ne souhaite pas être connu"

Écrit par : Boris Dilliès | 14/12/2010

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.