26/05/2011

Milquet se fâche sur la RTBF, ça passe comme une lettre à la poste

 

rtbf-tour.jpgL’histoire avait fait rire du monde, mais pas l’intéressée qui a voulu lui donner une suite.
Point de départ : La fête des familles du cdh. En interview, une journaliste RTBF se montre plus intéressée par la gestion autoritaire que Joëlle Milquet a de son parti que par ses propositions en matière de famille.
Voilà donc que, en pleine interview Joëlle se retire du champ de la caméra, pousse le micro de la main et s’emporte. Elle demande s’il s’agit d’une interview 'psychiatrique' et invite à aller "voir chez Ecolo" en faisant référence à "Javaux".

Déontologie journalistique?

Pas de chance, l’image et le son circulent et Joëlle Milquet est (ré)épinglée dans quelques journaux.
Visiblement pas calmée (mauvaise perdante ?), la Présidente centriste exige que ses troupes saisissent le CA de la RTBF.

Ah ça, on allait voir ce qu’on allait voir et surtout savoir si la diffusion d’une interview était ou non « déontologique pour un journaliste ».
Mais voilà, au dit CA de la RTBF, pas un mot de l’administrateur cdh Jean-François Raskin.
« On se demandait pourtant comment il allait s’y prendre", s’amuse un de ses collègues (pas très proche de Milquet, faut-il le dire), "d'autant que la position de Milquet était indéfendable" renchérit un autre.
Finalement une lettre a - ou aurait - été donnée à la Présidence du CA. Fichtre, ça c’est de la protestation !

Quelques jours après, il semble que le courrier n’ait toujours pas circulé jusqu’à la rédaction.
Mais c’est tellement grand Reyers…

17:36 Écrit par Michel dans politique | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : cdh, rtbf, joelle milquet |  Facebook |

17/02/2011

Humour et politique ne font pas bon ménage à la RTBF

rtbf.jpg

La fonte des glaces s’accélère. Le niveau des eaux monte dangereusement. La Flandre est complètement inondée. Nos voisins du Nord sont obligés de demander l’asile en Wallonie. Voici le point de départ d’une mini-série, intitulée " Le Centre ".
Cette fiction, résolument humoristique, commandée par le département web de la RTBF, vous ne la verrez peut-être jamais !  Tout était pourtant prévu (et payé rubis sur l’ongle !) : la diffusion devait débuter sur le site de la RTBF en septembre 2010. Mais quelques jours avant son lancement, la production (Ebuco) a appris la suspension de la diffusion " jusqu’à ce qu’il y ait un gouvernement ".
Le contenu volontiers provocateur des 15 épisodes du " Centre " aurait-il fait peur aux dirigeants ertébéens (et à son Conseil d’administration politisé)?

Une information de mon collègue de Nostalgie Nathan Skweres, dans son Journal de la Télé : http://www.nostalgie.be/chroniques/le-journal-de-la-tele

09:12 Écrit par Michel dans politique | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : rtbf |  Facebook |

03/06/2010

Johanne Montay charge le CA de la RTBF

RTBF et VRT voulaient organiser un débat entre partis francophones et flamands.
Mais le MR a bloqué, par l’intermédiaire du Conseil d’Administration.
L’incident est-il clôt ? Pas pour Johanne Montay, qui jette une pierre dans le jardin du MR.


Je vous confirme tout à fait que Didier Reynders voulait un débat en néerlandais, pour montrer qu’il est parfait bilingue.
Interrogée par mon collègue Nathan pour le Journal de la Télé, la Rédactrice en chef Politique de la RTBF charge Didier Reynders.
En cause un débat entre partis francophones et flamands, refusé par le MR au nom du cordon sanitaire contre l'extrême droite.
Si vous n’avez pas suivi cette affaire, jetez-vous sur l’article de Jean-François Lauwens :

http://archives.lesoir.be/rtbf-le-mr-bloque-le-debat-nord-sud_t-20100526-00XAG2.html/

Aujourd'hui, le malaise est loin d’être dissipé, Johanne Montay insiste d'ailleurs : Il faut un conseil d’Administration professionnel, orienté vers l’intérêt de l’entreprise et pas des partis. L’intervention dans les aspects rédactionnels doit disparaître.
Manifestement en colère, celle dont même François De Brigode affirme n’avoir aucune idée de pour qui elle vote, conclu sur un caustique : c’est dommage pour les habitants de la périphérie qui ne pourront pas lire ce que Didier Reynders propose pour eux…


johanne_montay

 

Réécoutez Johanne Montay dans le Journal de la Télé de Nathan Skweres

http://www3.nostalgie.be/chroniques/le-journal-de-la-tele/137-le-journal/4304-qles-petits-partis-vont-encore-ralerq/

11:34 Écrit par Michel dans politique | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : rtbf, johanne montay, didier reynders, mr |  Facebook |

18/05/2010

La campagne sur RTL et la RTBF

Prises de court et sans le sous, les télés ne débordent pas d’idées pour animer la campagne électorale.
Débats avec des citoyens sur RTL TVI, Huis-clos sur la RTBF, priorité aux grands partis (on y reviendra + tard sur ce blog), la campagne 2010 ressemblera furieusement à celle de 2009.

Mon collègue Nathan Skweres, spécialiste de la Télévision, s’est livré à un petit comparatif :

RTL pourra se targuer d’avoir lancé la campagne, en ouvrant avec un face-à-face Reynders-Di Rupo, les deux grands adversaires.
La RTBF a trouvé comme parade un face-à-face libéral-liberaal : le MR Charles Michel " contre " l’Open VLD Alexander De Croo.
Deux rendez-vous simultanés, les audiences détermineront la chaîne gagnante !

Dans son article, Nathan revient aussi sur la grosse colère des petits, entendez par là les partis non invités à débattre avec les grands.
Une idée refusée par le CA de la RTBF (ce qui signifie donc qu’elle a été proposée…)

Lisez l’article ou réécoutez le Journal de La Télé :

http://www3.nostalgie.be/chroniques/le-journal-de-la-tele...

11:49 Écrit par Michel dans politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : elections 2010, rtl tvi, rtbf, petits partis |  Facebook |

01/04/2010

Répondez @ la Question, les 14 "Pas de commentaire" d'Yves Leterme

Il a maintenu le suspense jusqu'à la dernière minute. Yves Leterme refusait d'aborder  la non nomination de trois Bourgmestres francophones en périphérie bruxelloise.
La poussée de fièvre communautaire a bien failli avoir raison du dernier Répondez @
la Question.

Déplacement
en urgence de Johanne Montay, négociation jusqu'en milieu d'après midi et finalement confirmation, par sms, de sa présence. On imagine les gouttes de sueur qu'Yves Leterme a fait couler sur le front des interviewers, pas démontés pour autant.
Se heurtant au passage à pas moins de 14 pas de commentaires sur les sujets délicats. Le Van Rompuy sans Van Rompuy évoqué un temps par Laurette Onkelinx?

Entre deux non réponses, petit rappel des questions qui furent suivies par un simple "Pas de commentaire" :

1
Êtes vous d'accord avec la non nomination des Bourgmestres en périphérie de Bruxelles? (mail de téléspectateur).
Bertrand Henne en vient logiquement à Olivier Maingain, qui compare le Gouvernement Flamand à l'occupant nazi 2: Vous sentez-vous insulté par les propos du Président des FDF?
Johanne Montay relance 3: Didier Reynders doit-il se distancier publiquement d'Olivier Maingain?
Martine Dubuisson attaque autrement 4: Le Ministre Président flamand Kris Peeters était au courant de la non nomination des 3 Bourgmestres francophones, vous - 1er Ministre du même parti -
 pas. Est-ce normal? Bertrand Henne relance 5: L'information passe-t-elle au CD&V?
François De Brigode s'inquiète de cette succession de non-réponses 6: La situation est-elle particulièrement explosive?

yves leterme

Bousculé par les 4 journalistes de Répondez @ la Question, Yves Leterme n'a parlé qu'une seule fois du Standard. Un progrès!

Martine Dubuisson (Le Soir) tente la question iconoclaste 7: Est-il envisageable de rattacher Bruxelles à sa périphérie?
Johanne Montay élargi le débat 8: Combien de chances Jean-Luc Dehaene a-t-il d'aboutir à un accord sur la scission de Bruxelles Hall Vilvoorde? Martine Dubuisson insiste 9: Y aura-t-il de tabous dans cette discussion?

Johanne Montay revient ensuite sur la position immédiate des Ministres, et singulièrement de Didier Reynders, 10:
Qu'avez-vous dit au sein du Gouvernement pour apaiser les esprits?
Bertrand Henne rappelle 2007, 11:
est-on revenu aux heures sombres de Val Duchesse?

Obstiné à défaut d'être convainquant, Leterme est questionné sur d'autres sujets. Viennent alors les mails de téléspectateurs, manifestement un rien frustrés et bien décidés à obtenir des réponses :

12: Si BHV n'est pas scindé, aurez-vous 5 minutes de courage politique pour quitter le 16 Rue de la Loi? 13: Pourquoi pas un référendum en périphérie pour demander aux habitants leur préférence?

La 14ème question, qui ne peut pas être qualifiée de piège, était en fait la première à ne pas obtenir de réponse: Aimez-vous cette émission?

Toujours (déjà) Pas de commentaires.

Résultat de cette succession de non-réponses : à peine 48 % des internautes ont estimé qu'Yves Leterme est devenu un bon premier Ministre.
Quand on sait que d'autres invités n'ont pas hésité à mettre en place une mobilisation d'internautes électeurs…

Pour revoir l'émission dans son intégralité :

http://www.rtbf.be/tv/emission/detail_repondez-la-questio...


20:25 Écrit par Michel dans politique | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : yves leterme, rtbf |  Facebook |

26/10/2009

4 fois valent mieux qu'une!

Pro et anti Reynders se sont vus jusqu’à deux heures trente du matin dimanche soir au siège du MR.
L’ambiance était d’ailleurs assez tendue d’après Francis Van de Woestyne de La Libre Belgique.

Parmi les courageux journalistes à avoir fait le pied de grue jusqu’à la fin, le RTBéen Thomas Gadisseux, qui a décroché une interview digne de figurer au Petit Journal de Canal +.
Didier Reynders semble en effet surtout préoccupé par l’idée de rappeler qu’il est toujours Président du MR.
L’extrait diffusé sur Viva Cité le matin (et reprise dans le Journal des Journaux de Nostalgie) ne comptait pas moins de 4 fois le mot Président
« je vous le dit comme Président », « en tant que Président» ...
l’extrait durant une 40 aine de secondes, c’est bien une fois toutes les 10 secondes que le mot magique était replacé.

08:26 Écrit par Michel dans politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : reynders, mr, rtbf |  Facebook |

12/10/2009

Il y en aura pour tout le monde

La Belgique politique, on le sait, est terre de partages et de compromis. A chaque coin de rue, pour chaque mesure ou nomination…
Avec parfois des situations assez ubuesques.
Exemple récent, la composition du CA de la RTBF. 13 effectifs et autant de suppléants désignés après une procédure ouverte dont on se demande vraiment à quoi elle sert...
La preuve dans le communiqué officiel du Parlement de la Communauté française, d'ailleurs assez amusant :

Vingt-huit candidats se sont fait connaître auprès du greffe du Parlement, pour les 26 sièges à pourvoir (à peine deux de plus que le nombre de postes disponibles, il n’y aura déjà pas trop de déçus…).
Ces derniers se répartissent selon la clé D’Hondt, à savoir 5 PS, 4 MR, 2 Ecolos et 2 cdH, tant pour les administrateurs effectifs que suppléants (et les partis, ils ont organisé une élection interne pour désigner leurs représentants ?).

Soit le hasard fait vraiment très bien les choses, soit le vote servira à entériner une décision propre à chaque parti.
Et l'appel à candidature est alors parfaitement inutile...

Bonne semaine à tous !

06:52 Écrit par Michel dans politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : rtbf, cle de d hondt, partis |  Facebook |

01/10/2009

Il a répondu @ la question

Les intervieweurs de répondez @ la question n’ont pas ménagé Louis Michel hier.
En tous cas ils ont immédiatement attaqué avec la question que tout le monde se pose... et dont on a chaque jour la réponse : Didier Reynders
doit-il démissionner de la Présidence du MR ?
L’ancien patron des bleus a eu beau faire preuve d’un peu de prudence au début et à la fin de son intervention il n’en a pas moins été très clair.

Lorsqu’en 2004 je n’ai pas été à même de conduire le parti dans les majorités je suis parti (qui a dit « il y a pire que la Commission comme exil » ?)
François De Brigode :
ce serait un bon signal ?
Un certain nombre de personnes l’attendent au parti, mais c’est lui qui a le pouvoir du dernier mot (…) Moi je suis disponible pour reconquérir et tout le monde sait que je suis engagé.

louis_michel




L'eurodéputé se dit disponible, en langage courant on traduit ça par je veux

Et ce n'est pas tout...
Louis Michel est d’ailleurs lui-même plus d’une fois revenu à la charge, lorsque d’autres sujets étaient abordés.
Exemple, lorsqu’il était interrogé à propos du Président congolais et de sa capacité à redresser le pays:
En politique comme dans toute entreprise, la capacité à partager les objectifs, à rassembler les énergies, les joies, les succès et les insuccès est fondamentale.
On précise, il ne parlait absolument pas de Didier Reynders...


http://www.rtbf.be/info/repondezalaquestion